Adrien NOWAK

Biographie Adrien Nowak

Adrien Nowak est un photographe indépendant de 33 ans dont la pratique s’oriente principalement vers le reportage et le documentaire. Issu du monde de la sécurité informatique – domaine dans lequel il a travaillé plusieurs années – il a fini par perdre toute motivation et ne plus trouver d’utilité aux tâches qu’il réalisait. Ce fut alors pour lui le déclic.

En 2018, Adrien entreprend de se consacrer pleinement à la photographie. Il s’inscrit au diplôme universitaire « Photographie Documentaire et Écritures Numériques » – qu’il obtient en 2019 – et intègre alors le studio Hans Lucas ; dans le même temps, il cofonde le collectif Pas Tant.

S’intéressant tout particulièrement à la place de l’Homme dans l’environnement qu’il se construit et l’usage qu’il en a, ses travaux se tournent préférentiellement vers l’architecture et l’urbanisme. Ainsi, la désertification des stations balnéaires l’hiver, le déclin des bâtiments de l’industrie du tourisme en Tunisie, ou encore la place qu’occupe aujourd’hui le basket dans des villes et villages chinois sont autant d’exemples représentatifs des thématiques qu’Adrien aime à traiter.

Son travail sur les inondations dans l’Aude d’octobre 2018 a été nominé au Visa d’Or de l’information numérique lors de l’édition 2019 du festival Visa pour l’Image.

Présentation de la série « Maison secondaire »

Nous habitons chaque lieu à notre manière. Il y a les lieux que nous choisissons, notre maison, et il y a les lieux que les aléas de la vie nous imposent. Pour Léa, l’hôpital est comme une maison secondaire depuis qu’on lui a diagnostiqué une maladie rare à l’âge de 9 ans. Elle y séjourne régulièrement, plus souvent qu’elle ne le souhaiterait, mais a fini par parvenir à s’y sentir comme chez elle. Si l’hôpital est devenu un lieu de vie comme un autre pour Léa, c’est bien parce que sa maladie, elle, habite son corps en permanence. Pour autant, cette série cherche à mettre en évidence que ce qui habite avant tout cette jeune femme : la joie de vivre, la bonne humeur, la gaieté dans cet environnement repoussant pour beaucoup de monde, mais qui peut être multicolore quand nous le regardons sous le bon angle.


Dans les médiathèques du Réseau de Lecture Publique intercommunal

Adrien Nowak, Léa, une urgence à vivre

du 26 août au 10 octobre à la médiathèque de Seix

« Nous habitons chaque lieu à notre manière. Il y a les lieux que nous choisissons, notre maison, et il y a les lieux que les aléas de la vie nous imposent. Pour Léa, l’hôpital est comme une maison secondaire depuis qu’on lui a diagnostiqué une maladie rare à l’âge de 9 ans. Elle y séjourne régulièrement, plus souvent qu’elle ne le souhaiterait, mais a fini par parvenir à s’y sentir comme chez elle. Si l’hôpital est devenu un lieu de vie comme un autre pour Léa, c’est bien parce que sa maladie, elle, habite son corps en permanence.

Pour autant, cette série cherche à mettre en évidence ce qui habite avant tout cette jeune femme : la joie de vivre, la bonne humeur, la gaieté dans cet environnement repoussant pour beaucoup de monde, et qui peut être multicolore quand nous le regardons sous le bon angle. »

 

 

Partagez ce contenu